La traite negriere

En effet, à cette époque, plusieurs grands pays européens, désireux de s’approprier davantage de territoires et de richesses, ont mis en branle des expéditions visant découvrir de nouvell ont donc envoyé des européennes d’Amér e,  » next page d’exploiter ces nouve ressources naturelles permettre aux Européens de s’enrichi . pays européens nouvelles colonies le mandat d’en tirer des coton), qui allaient Cependant, pour effectuer tous ces travaux, les colons ne suffisaient pas.

Ils devaient absolument trouver une autre source e main-d’œuvre pour réaliser les travaux difficiles et ardus à leur place. Le travail était extrêmement difficile physiquement et les conditions s’avéraient misérables car pour que cette entreprise soit rentable, la main-d’œuvre ne devait pas être coûteuse pour les Européens. Par ailleurs, il est important de savoir qu’à cette époque, les territoires d’Amérique du Nord et du Sud étaient déjà habités depuis longtem longtemps par différents peuples autochtones et ce, avant même l’arrivée des Européens.

Ces autochtones avaient construit leur propre société, régie par leurs propres règles. Cest vers eux que les colonisateurs se sont d’abord tournés pour trouver la main-d’œuvre qu’ils cherchaient. Les colons ont alors forcé les autochtones à travailler pour eux. Cependant, les autochtones n’étaient pas habitués à des conditions de travail aussi intenses et difficiles. Ils ont rapidement tous été exterminés, principalement tués au travail, les conditions étant trop dures.

Plusieurs ont aussi succombé à des maladies menées d’Europe par les colonisateurs et contre lesquelles les autochtones n’avaient aucune défense. Quand il ne resta plus d’autochtones, les colonisateurs se tournèrent vers l’Afrique. Ils y trouvèrent des hommes forts qu’ils embarquèrent de force sur des bateaux appelés  » négriers Ces Africains se retrouvèrent dans plusieurs régions de l’Amérique les États-Unis, les îles des Antilles, le Brésil, etc.

Ces Africains provenaient essentiellement de Gambie, du Sénégal, du Libéria, e la Sierra Leone, de la Guinée, de la Côte-d’Ivoire, du Ghana, du Togo, du Dahomey et du Nigéria. Une fois arrivés en Amérique, les esclaves étaient littéralement vendus à des propriétaires qui avaient tous les droits sur ses esclaves. Le propriétaire n’était pas obligé de nourrir suffisamment son esclave et pouvait le faire travailler autant qu’il le voulait, le battre, le mutiler, le fouetter ou même, le tuer. Cesclave était un bien, une propriété; il ne bénéficiait donc d’aucun droit.